Rechercher
  • n jzn

Homélie de l'Ascension (Mt 28, 16-20)

Cette fête de l'Ascension de Jésus Christ qui rejoint son Père et Notre Père, loin d'être un abandon, pourrait se décomposer en 2 invitations pour nous aujourd'hui :

1/ Recevoir l'Evangile, Jésus-Christ, c'est accueillir les messagers de la Foi envoyés par Jésus.

2/ Vivre l'Ascension, se rendre à la montagne avec peu de poids afin de se laisser rejoindre par le Christ.

1/ Recevoir l'Evangile, Jésus-Christ, c'est accueillir les messagers de la Foi envoyés par Jésus.

Le passage de la fin de l'Evangile de Mathieu aujourd'hui fait suite aux paroles du messager : l'ange disant aux femmes devant le tombeau vide au matin de Pâques :« Il n'est pas ici il est ressuscité, comme il l'avait dit. Venez voir l'endroit où il reposait. Puis vite allez dire à ses disciples : « Il est ressuscité d'entre les morts ; il vous précède en Galilée : là, vous le verrez ! Voilà ce que j'avais à vous dire. » Vite, elles quittèrent le tombeau, tremblantes et toutes joyeuses, et elles coururent porter la nouvelle aux disciples. Après la visite de l'ange, c'est Jésus ressuscité en personne, venant à la rencontre des femmes en leur disant : « Je vous salue....soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu'ils doivent se rendre en Galilée : c'est là qu'ils me verront. »

Que ce soit l'ange s'adressant aux femmes, où ces dernières s'adressant aux disciples, Dieu en Jésus Christ a parlé par les prophètes.

Le concile Vatican, dans sa réflexion sur « la nature et la mission de l'Eglise » : Ecclesiam Suam, s'adressant aux croyants d'hier et d'aujourd'hui rapportait ces propos : « L'Eglise se fait Parole, message, et conversation.

Ce dialogue, disait le pape Paul VI, a une origine transcendante. L'histoire du salut montre que c'est Dieu qui a toujours l'initiative d'engager la conversation avec l'homme ». En envoyant des messagers d'hier et d'aujourd'hui, témoins de la Foi,

a quels accueils sommes nous conviés dans nos vies ? Dans quelles écoutes nous sont données à décrypter les signes de l'Esprit ? Car hier dans le livre des Rois (chp 19) comme aujourd'hui, ce n'est ni dans le vent violent, le tremblement de terre, ou le feu, que Dieu vient nous visiter, mais bien dans la brise légère en cette période de printemps 2020, tel le souffle de l'Esprit venant nous communiquer ses dons.

2/ Vivre l'Ascension, se rendre à la montagne avec peu de poids et de se laisser rejoindre par le Christ

Le passage du livre des actes des apôtre dans la 1ière lecture relate les commencements de la communauté chrétienne, il arrive à la suite des Evangiles du second testament, nous sommes dans les débuts de l'histoire du christianisme, on y parle notamment de l'Ascension (40 j après Pâques) et de la Pentecôte (50j après Pâques). Dans la continuité de l'Evangile de Luc, la rédaction des actes des apôtres est attribuée à l'évangéliste Luc. Nous en avons un aperçu au début de ce passage du livre des actes des apôtres.

L'élévation, cette ascension de Jésus, son départ sous les yeux des disciples, est précédée du don et de la réception de sa Parole.

Comment nous mêmes accueillons nous la Parole de Dieu, au jour le jour ?

Car vivre cette nouvelle forme de présence du Christ jusqu'à la fin des temps suppose, comme les disciples d'être en chemin de déplacement, de conversion.

Jésus, loin de les abandonner, les prépare à recevoir la force de l'Esprit.

L'Eglise d'hier a fait ses premiers pas avec un corps, une poignée de disciples en chemin, en mouvement, jamais installé dans une « culture des acquis », mais toujours en chemin de « remise en question », de changement de regards, de mentalités.

Pour les disciples, passer hier du tombeau vide, à croire les femmes témoins du ressuscité, et aller le voir en Galilée.

Passer de regarder le ciel, Jésus s'en allant ; il reste à édifier le corps du Christ, l'Eglise, que nous formons chacune et chacun, sous la conduite de l'Esprit Saint.

Comme les disciples sur la montagne, puisse cette période prudente de déconfinement, nous faciliter « l'allègement du superflus dans nos vies » ; et décider ce que nous voulons de meilleur dans nos vies de relations ; les liens qui nous unissent pour « faire Eglise » en participant à une citoyenneté responsable.

Qu'est ce que personnellement, nous voulons et ne voulons plus, en vue de rendre plus humaines, nos vies ordinaires, dans ces 3 domaines que sont : le temps, la limite, le sens. Cette décision de choisir nous appartient, elle aura des conséquences sur les corps que représentent la Société et l'Eglise comme « sacrement de salut ».

Personne ne pourra choisir à notre place. Que désirons nous vivre non pas chacune et chacun pour soi, mais en commun afin de témoigner de ce que le Christ nous appelle à vivre ; lorsque nous lui disons dans la prière du Notre Père : Seigneur que ta volonté soit faite.

Se laisser rejoindre par le Christ ; faisons comme si le début de la lettre de l'apôtre Paul aux chrétiens d'Ephèse de ce jour nous était destinée :

« Frères, que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père dans sa gloire, vous donne un esprit de sagesse qui vous le révèle et vous le fasse vraiment connaître.

Qu'il ouvre à sa lumière les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle espérance vous ouvre son appel, la gloire sans prix de l'héritage que vous partagez avec les fidèles ».


Belle fête de l'Ascension à tous.

Thierry



6 vues

©2019 par ensemble paroissial Saint Jerome - Saint Just - Sainte Rose de Lima.